J’ai lu … La disparue de la cabine N°10

Une semaine à bord d’un yacht luxueux, à sillonner les eaux du Grand Nord avec seulement une poignée de passager.

Pour Laura Blacklock, journaliste pour un magazine de voyage, difficile de rêver d’une meilleure occasion de s’éloigner au plus vite de la capitale anglaise …

Un thriller qui va vous tenir en haleine, j’ai beaucoup apprécié 

Avec toute ma tendresse et mon amitié, je vous envoie plein de

Mandrine

Publicités
Published in: on 5 octobre 2018 at 22 h 54 min  Comments (5)  

J’ai lu … DE L’EAU POUR LES ÉLÉPHANTS

ce roman pas comme les autres a une histoire exceptionnelle.

Durant la Grande Dépression, dans les années 30, les trains des petits cirques ambulants sillonnent l’Amerique.

Sara Green fait revivre avec un incroyable talent cet univers de paillettes et de misères.

Je viens de terminer ce livre, et je ne peux que vous conseiller de le lire, si vous ne l’avez pas déjà fait. Cette histoire restera gravée dans ma mémoire, pour l’histoire du cirque et pour le vieux monsieur, Jacob Jankoski, qui mis dans une maison médicalisée ne se souvient plus du présent mais revit clairement sa vie dans le cirque des frères Benzini.

Avec toute ma tendresse et mon amitié. Je vous souhaite une

 

 

Mandrine

Published in: on 23 septembre 2018 at 22 h 26 min  Comments (6)  

J’ai lu …

Oskar a 12ans, il vit seul avec sa mère au cœur d’une banlieue glacée de Stockholm. Martyrisé par trois adolescents dans son collège, il rêve de devenir « tueur en série «  pour se venger de ses tortionnaires.

Je pensais commencer un polar, comme j’aime de temps en temps lire, et je me suis laissée emporter par cette histoire, un peu à la Stéphen King, j’ai frémi au point de me faire peur le soir, rire, si si c’est vrai, mais pour ceux qui aiment le surnaturel, les frissons, c’est à lire.

Mandrine 

Published in: on 16 septembre 2018 at 22 h 11 min  Comments (6)  

Clap de fin …

Dans le murmure des feuilles qui dansent, il y a des mots doux, des papillons, des yeux émerveillés, de la force, du courage, de la joie, beaucoup de joie.

 

Dans le murmure des feuilles qui dansent, il y a surtout les petits bouts d’âme de ceux qu’on aime mais qu’on ne peut plus prendre dans nos bras.

Je viens de terminer ce livre et je vous en livre les derniers mots, livre plein de vie, plein d’amour, qui a su me prendre aux tripes et m’a arraché les larmes des yeux, si vous aimez lire, alors lisez-le.

Bonne soirée, plein de bisous pour vous.

Mandrine 

Je

Published in: on 8 septembre 2018 at 22 h 59 min  Comments (10)  

Un petit signe de moi

76861DB6-6897-4383-9E49-71FF06081C73crois-tu que l’eau du fleuve et les arbres des bois,

s’ils n’avaient rien à dire, élèveraient la voix?

prends-tu le vent des mers pour un joueur de flûte ?

crois-tu que l’océan, qui se gonfle et qui lutte,

serait content d’ouvrir sa gueule jour et nuit

pour souffler dans le vide une vapeur de bruit,

et qu’il voudrait rugir, sous l’ouragan qui vole,

si son rugissement n’etait une parole?

 

….

 

non, tout est une voix et tout est un parfum;

tout dit dans l’infini quelque chose à quelqu’un;

une pensée emplit le tumulte superbe.

Dieu n’a pas fait un bruit sans y mêler le Verbe.

tout, comme toi, gémit ou chante comme moi.

tout parle. Et maintenant, homme, sais-tu pourquoi 

tout parle? Écoute bien. C’est que vents, ondes, flammes

arbres, roseaux, rochers, tout vit ! Tout est plein d’ames.

Victor Hugo « Ce que dit la bouche d’ombre »,

les contemplations, 1856

EF54E5DA-DF9E-4262-82D9-99B75EAED949

Je reviens doucettement, pendant les trois mois qui viennent de passer, j’etais «  chez ma mer » où j’y ai fait une orgie de lectures et de ce fait très peu sur la toile, ce soir je commence un nouveau livre dont je vous dévoile le titre, et l’extrait du poème de Victor Hugo en Préface m’a interpellé et j’ai eu envie de vous le faire partager.

Je reprendrai tantôt les ateliers, et en attendant je vous envoie mille bisous avec toute ma tendresse et mon amitié.

Mandrine

Published in: on 31 août 2018 at 0 h 13 min  Comments (10)  

ICI LA TERRE

bd490b40

 L’Automne est bien le printemps de l’Hiver …

L’automne a son enfant et l’enfant de l’automne

Découvre chaque jour des beautés qui l’étonnent.

Au Jardin, dans les bois, qu’il vente ou bien qu’il tonne,

Ce sont bien des parfums ou des fleurs qu’on lui donne.

Des fruits et des saveurs, pour l’enfant de l’automne,

Qui comprend, Dieu merci, combien la terre est bonne.

f1732540

J’ai eu envie de vous faire partager ces quelques mots que j’ai lu hier soir.

Je suis plongée dans le livre

“Ici le Terre”

de Pierre Zylawski

en voici le résumé :

A Sainte-Cécile-aux-Bois, dans les brumes du Nord, tout le monde apprécie Les tiots pères.

Moyenne d’âge 86 ans.

Terriens, jardiniers,érudits, philosophes, blagueurs,

Ils en étonnent plus d’un.

Soyez du nombre, vous ne le regretterez pas …

et c’est vrai, je ne le regrette pas, je laisserai bien mes tâches ménagères ou autres pour pouvoir entrer dès le matin dans l’univers des “Tiots Pères”

mais je suis sérieuse, du moins c’est ce que je fais croire, j’attendrai ce soir (rire)

246211bonnejournedentelledelune460

f9765588

a7df3b77

 Mandrine

Published in: on 11 septembre 2015 at 9 h 47 min  Comments (9)  

LA PLAGE DE Marie Sizun

Un peu perdue sur une plage bretonne, une femme attend l’homme qu’elle aime. Il a promis de la rejoindre à la fin de la semaine, pour huit jours ensemble.

Il est marié. Dans l’impatience heureuse, puis l’anxiété de cette attente, elle trompe sa solitude en regardant, écoutant autour d’elle tous ces gens en vacances …

Images et voix diverses qui font remonter en elle des souvenirs tantôt proches, tantôt lointains, qui, bientôt, lui parlent étrangement.

Qu’il vienne ou non, cet homme attendu, elle ne sera plus jamais la même…

il est assez rare que je laisse mon impression sur un livre sur ce blog, mais cette fois après avoir tournée la dernière page, il fallait que je partage cette impression, livre magique à lire, je me suis retrouvée dans la vie d’Anne, j’ai vécu ce qu’elle a vécu, j’ai ressenti ce qu’elle ressentait. Beau Roman à lire pendant votre été, un brin nostalgique quand même.

Bonne soirée

Bisous

Mamie Mandrine

Published in: on 20 juillet 2012 at 18 h 36 min  Comments (6)  

A LIRE ( si vous aimez le bel écrit, ce livre vous plaira)

 

 

 

Bien que je parle rarement de ma passion,

LA LECTURE,

Aujourd’hui je me permets de vous recommander

ce livre qui m’a touché au plus profond du coeur,

et qui me laisse encore ce matin un sentiment

de béatitude …

Si vous le lisez j’aimerai connaître votre avis

Merci.

 

RESUME DU LIVRE par Hector Chavez

 

Salvatore Roncone, vieux paysan calabrais attaché

à sa terre et à ses traditions, doit se rendre à l’évidence.

Pour combattre cette bête qu’il nomme la "Rusca" et que

les médecins appellent le cancer, qui lui dévore peu à peu

le ventre et le tue, il doit quitter son village natal et partir

en convalescence chez son fils à Milan.

Milan que le Calabrais déteste.

Milan et sa fureur, sa solitude, sa laideur aussi et sa vie

sans goût, ni odeurs.

Milan et son fils qu’il croit ne plus connaître, et sa belle fille

qui ne vient pas du même monde.

Milan ou l’enfer …

Cet enfer qui va pourtant lui offrir son dernier amour

– un amour franc et total, plus fort que tout –

en la personne de son petit fils Bruno qu’il ne connaît pas …

L’écriture de José Luis Samperdro est une douceur infinie.

Il aborde dans ce roman touchant l’approche de la mort,

la remise en question et développe le thème de l’apprentissage

dans un langage d’une clarté limpide.

Nourri de ce talent de la simplicité, le Sourire étrusque est

l’oeuvre de la transcendance.

CELUI DE LA MORT PAR L’AMOUR…

 

bonne lecture,

bonne journée

Gros bisous

Mamie Mandrine

 

 

 

 

 
Published in: on 20 février 2010 at 10 h 55 min  Comments (1)  

MA VIE DE GEISHA

 

 
 
" On a dit de moi que j’étais la plus grande geisha
de ma génération."
 
 
Mineko Iwasaki
 
MORCEAU CHOISI :
 
Je vais trop vite.
Je veux toujours tout finir tout de suite.
Je manque de patience.
ET UNE LISTE INCOMPLETE DES SOLUTIONS QUE J’AI TROUVEE :
Je dois garder mon calme.
Je dois montrer ma persévérance.
Je dois me composer un visage plein de bonté,
De douceur comme Tata Oïma.
Je dois sourire plus souvent.
Je dois prouver que je suis une professionnelle.
C’est à dire que je dois participer à okus d’ozahiki que les autres.
Je dois rendre mes tâches au sérieux,
Et les accomplir au mieux.
Je dois être la première.
Voilà peu où prou ce qui devint mon credo.
J’AVAIS QUINZE ANS …
Published in: on 14 mai 2009 at 10 h 11 min  Comments (6)