Mon sein caché …. petites « mauvaises « nouvelles

Bonjour mon sein, aujourd’hui j’ai envie de parler de toi, ce matin, l’infirmiere est venue pour te soigner, j’ai profité de te regarder, et je me suis dite « comme je t’aime » …

AAvant, j’etais fière de toi, je te chouchouté, je faisais en sorte de te mettre en valeur,bien sûr avec ton jumeau dans un écrin de dentelles, je t’ai peut-être rendu un peu prétentieux , qui sait…

Régulièrement je te surveillais, enfin je vous surveillais car vous êtes deux, mais la maladie est sournoise et elle nous a pris de court. Nous en avons été choqués, il fallait opérer. A partir de ce jour, je t’ai câliné, je t’ai caressé, essayant de t’insufler des pensées positives . Le jour fatal est arrivé , et je n’ai plus osé te regarder, j’ai eu peur, je t’ai délaissé .

Mais je n’ai pas voulu t’abandonner, ce matin, malgré la couche de pansements qui te momifie, et oui, tu pleures encore… j’ai décidé de te mettre avec ton jumeaux dans une belle brassière rose, comme un nouveau né, et je me suis habillée . Et depuis je te retrouve, je me retrouve, je recommence à te câliner, à te caresser. Tu fais partie de moi, même un peu amputé . Je te touche et te regarde

avec tendresse, ton galbe ne sera plus impeccable , mais qu’importe. Nous aurons sûrement encore des combats à affronter tous les deux, mais qu’importe. Tu es moi à part entière et celui qui ne t’accepteras pas, tant pis, il ne sera pas mon ami.

voilà  ce que je voulais te dire, voilà ce que j’ai eu envie de partager . Nous nous en sortirons ….

Bon après midi, je me mets en mode siestage.

Mandrine

Published in: on 13 février 2019 at 15 h 01 min  Comments (14)  

BONNE FÊTE DE SAINT NICOLAS

f446834a

dbec0d43

92072324_1

e3730f5b

 Mandrine

Published in: on 6 décembre 2015 at 12 h 56 min  Comments (10)  

ERREUR SUR UNE SOUPE

432ebcda

 Dans un self-service, une dame d’un certain âge, a pris un bol de soupe.

Au moment de s’installer à l’une des nombreuses tables, elle se rend compte qu’elle a oublié de prendre une cuillère.

Déposant son plateau, elle va donc en chercher une.

Une mauvaise surprise l’attend à son retour, installé devant sa soupe, un étranger est en train d’y gouter !

“ Plutôt gonflé cet étranger !!” pense la vieille dame.

Elle s’assied, attire à elle le bol de soupe, et dit d’un ton à peine aimable :

“ Vous permettez ? “

Sur ce, elle plonge sa cuillère dans la soupe …

Mais voilà que l’étrange décale le bol au milieu de la table, et y retrempe sa cuillère.

Muette devant tant d’audace, la vieille dame n’ose pas faire d’esclandre et partage la soupe.

A la fin, l’étranger va chercher un grand plat de frites qu’il pose au milieu de la table.

Il invite sa voisine à se servir… Comme la soupe, les frites sont partagées.

L’étranger quitte alors la table avec un grand “MERCI”

La vieille dame songe aussi à s’en aller !

Elle cherche le sac à main qu’elle avait accroché à son dossier.

Plus de sac !!!!

La vieille dame réprime un cri :

“ L’étranger !? “

Elle balaie le restaurant du regard.

C’est alors qu’elle découvre à deux pas, sur une chaise semblable à la sienne, son sac à main !

Devant la chaise vide, un bol de soupe encore fumant, sur un plateau où il manque une cuillère …

Ce n’est pas l’étranger qui a mangé sa soupe, c’est elle qui en se trompant de table a mangé celle de l’étranger.

Et pourtant en partant, il lui a dit “MERCI” ????

1b4145e5

J’ai trouvé cette histoire bien charmante, et bien que je ne sois pas une “vieille” dame, il m’est arrivé une fois à peu près le même tour, la chance c’est que j’avais un époux qui me surveillait et m’a fait revenir vitesse grand V à notre table (rire)

je vous souhaite un bon week-end

Je vous souhaite

securedownload

et j’espère que vous tenez

bb9b31e7

aujourd’hui

0e74030e

 Mandrine

Published in: on 22 août 2015 at 11 h 01 min  Comments (4)  

MAMAN COURAGE

QUELLE MERE MAGNIFIQUE

!cid_68E4FF1329DE43358E09CA5520A126D5@UTILISATEURPC

 Un appel tôt le matin pour un incendie de maison…

Arrivés sur place les pompiers ont été surpris, une chienne a risqué sa vie pour sauver ses chiots de la maison en flamme.

Elle a fait des aller-retours pour mettre ses chiots âgés de 10 jours dans l’endroit le plus sûr qu’elle a pu trouver…

Le camion des pompiers !!!

!cid_792CD0471EDA4A4FBEAACB9BD0AA2610@UTILISATEURPC

 Une personne sur place l’a photographiée avec son téléphone portable.

Elle n’a pas arrêté de faire la course dans la fumée et le feu, jusqu’à ce que tous ces chiots soient en sécurité.

!cid_D37D07CE3E7146A8BC854C7D2FA5FD2F@UTILISATEURPC

 Les pompiers n’en croyaient pas leurs yeux;

faire six voyages sans que personne ne puisse l’arrêter.

!cid_EB2463FFE3AE4323885436360F7CCD42@UTILISATEURPC

 La seule chose qu’ils pouvaient faire c’est de garder un jet d’eau continue sur elle pour l’empêcher de se faire bruler;

Elle a eu quelques poils roussis sur son extrémité arrière, son front et le bas de ses pattes.

Après avoir sauvé ses petits, elle s’est mise près d’eux pour les protéger de tout autre danger.

Le service d’urgence vétérinaire a été appelé.

!cid_F0CEC07F7B3F491DABF73057E9C982E0@UTILISATEURPC

 Mis à part un chiot traité pour brulures,

l’ensemble de la famille est bel et bien vivant.

!cid_4FEF540A-E433-464F-946D-6D60C9986808

!cid_DC144B0F-19ED-4E5B-8028-7876F46FAE5D

 je passe vite fait vous voir, suis enfin chez “ma mer”, vrai le soleil joue à cache cache et il ne fait pas bien chaud, mais je fais mon ménage de printemps, je fais revivre mon appartement.

je pense bien à vous, et j’avais envie de vous faire partager ce petit moment de courage, qu’un ami m’avait fait parvenir par courriel;

Bonne fin de journée

bisous

Mamie Mandrine

Published in: on 19 avril 2013 at 18 h 53 min  Comments (16)  

CONCERT DU MATIN

Comme beaucoup de gens, j’ai un jour pris pitié d’un pauvre petit rouge-gorge, grelottant de tout son corps, un jour d’hiver où la température était descendue sous le zéro. Je lui mis un peu de pain et un morceau de gras sur le rebord de la fenêtre, et une fois celle-ci fermée, je l’observais. Timidement en sautillant, il s’approcha, un véhicule lui fit peur en passant et il s’enfuit, se posa sur la haie de l’autre côté de la route. Je râlais intérieurement, tout était à refaire.

Le froid l’emportant sur sa timidité, je le vis à nouveau s’approcher et se poser sur le rebord de la fenêtre. Un coup d’oeil à droite, un coup d’oeil à gauche, rien à l’horizon, il se mit à picorer les miettes et se régala du gras, tiens il se fait un sandwich, m’imaginais-je.

Et depuis chaque jour, qu’il fasse très froid ou non, je lui mis un peu de pitance à grignoter. Il m’était devenu familier et je décidais de lui donner un nom, Jojo, parce qu’il était joli, c’est un rouge-gorge, je décidais que cela lui convenait parfaitement. Mais, Jojo, avec ses petits piaillements de joie quand il m’apercevait lui préparant sa pitance a attiré l’attention d’une bande de moineaux, tout ordinaire, mais si beaux aussi, il n’y a pas de raison, quand il y en a pour un, il y en a pour dix, je renforçais donc les rations et comme ça tout le monde pouvait manger.

le matin, au réveil, toute cette petite bande attendait impatiemment que j’ouvre le volet et leur mette à manger. Contente, je les regardais derrière le carreau, tout en surveillant que personne ne manquait à l’appel. Parfois, Jojo ne venait pas, toute la journée, je retournais à la fenêtre pour regarder si il était là, tard dans la journée parfois il arrivait, j’avais beau lui demander ou il avait passé son temps, il piaillait pour m’expliquer, mais je ne comprenais pas.

Et les jours passaient sans soucis, mes petits amis étaient aussi ravis que moi. Chaque matin apportait la joie des retrouvailles.

Un dimanche, pas très en forme, je décidais de traîner un peu au lit et de ne pas me lever de bonne heure. Vers sept heures trente, environ, je me suis réveillée, attirée par un bruit étrange, quelqu’un frappait à la porte, mais doucement et très rapidement, qui cela pouvait-il bien être ?? J’allais à l’entrée, j’ouvris toute endormie, personne, je me suis dit que mon imagination me jouait des tours, et je suis retournée m’allonger. Sitôt au lit, j’entendis de nouveau ce drôle de bruit, là je ne rêvais pas … Doucement, tout doucement, je me suis levée, tendue l’oreille, on aurait dit que cela venait de la fenêtre, j’y suis allée à pas de loup…

…et qu’est-ce que je vis à travers les lamelles du volet … toute la bande de mes amis, Jojo en tête, qui frappaient avec leur bec sur le volet.

je n’ai jamais su si mes amis s’étaient inquiétés de ne pas me voir au rendez-vous quotidien ou si leur ventre criait famine ?

Moi, je pense que Jojo était très inquiet, pour la première fois, j’ai pu le caresser…

j’ai retrouvé cette histoire par hasard, et comme elle est de circonstance je vous la fais partager, malheureusement ce n’est pas moi qui ai vécu cette aventure, mais je peux très bien me l’imaginer, et vous ???

bonne semaine

bonne journée

bisous

Mamie Mandrine

Published in: on 6 février 2012 at 9 h 54 min  Comments (14)  

QUI ETAIT SAINTE BARBE !!!

 La tradition se situe à Nicomédie, aujourd’hui Izmit, ville de Turquie en l’an 235 …

Belle et noble jeune fille, Barbe, aurait été enfermée dans une tour par son père Dioscore

Qui voulait la soustraire aux sollicitations du monde…

De retour d’un voyage, Discore apprend que sa fille s’est convertie au catholicisme.

Il la livre au Gouverneur qui la fait supplicier et décapiter par Dioscore lui même.

A peine a-t-il terminé, qu’il est frappé par la foudre.

La tour, au cours des âges, finit par se confondre avec une poudrière.

Invoquée contre la foudre et l’incendie, elle est désormais la …

Sainte Patronne des artificiers, des artilleurs, des sapeurs-pompiers et des mineurs.

Son nom a été retiré du calendrier romain en 1969 et remplacé par celui de Barbara.

 

 Je vous présente cette Sainte, car elle a été et reste ma Patronne, et oui, de par mon travail, j’étais considérée comme Mineur, et chaque année nous l’avons fêté avec plaisir, et encore aujourd’hui quand je vais sortir chaque mineur retraité que je vais croiser, je lui souhaiterai sa fête.

alors je me dis aussi  » Bonne Fête Christine »

Bon dimanche

Bisous

Mamie Mandrine

PS : pour le deuxième dimanche de l’Avent, mon fils est venu de bon matin m’apporter une bougie faite avec la cire de nos ruches pour qu’elle puisse brûler dans le salon.

ça hume bon le miel chez moi ….

Published in: on 4 décembre 2011 at 10 h 30 min  Comments (5)  

LA LORELEÏ

 

On dit que la Lorelei était une sirène qui

apparaissait assis sur le rocher dès que la

nuit tombait, peignant ses grands cheveux

d’or et chantant des mélodies envoûtantes.

Les marins qui passaient trop près du rocher,

étaient complètement ensorcelés par la beauté

de la sirène et par ses chansons.

Ils perdaient le contrôle de leurs bateaux,

qui se brisaient sur le rocher, causant

ainsi la mort de nombreux marins.

 

L’histoire dit …

Il était une fois …

Ronald, jeune et courageux guerrier, fils

du comte palatin du Rhin, entendit un jour

parler de la beauté divine de cette femme.

Il brûlait d’aller la contempler.

Ainsi, il fit semblant d’aller à la chasse,

pour s’embarquer en réalité sur un bateau

qui devait le conduire au rocher de la

Lorelei.

Il aperçut la jeune fille à la tombée de la

nuit, elle lui chanta ses douces mélodies.

Il en fut tellement ébloui qu’il se jeta par

dessus bord pour la rejoindre.

Il fut sitôt englouti par le fleuve, tandis

que le chant mystérieux de la sirène

reprit, un peu plus tristement.

 

Quand le Comte apprit la mort de son fils,

il décida de mettre fin au charme

destructeur de la Lorelei.

Armé d’un puissant équipage, il descendit

le Rhin afin de s’emparer de la sorcière.

Pendant que des hommes armés cernaient

le rocher, d’autres gravissaient jusqu’à

ce qu’ils puissent voir l’apparition

au bord de la falaise.

Mais leur plan de la jeter dans le vide

échoua :

la jeune fille, menacée, appela d’un chant

son père, le Rhin, pour qu’il vienne la

chercher.

Et, aussitôt, une tempête s’éleva, faisant

monter des vagues jusqu’au sommet

du rocher, en emportant la sirène …

 

 

La Loreleï est le nom d’un rocher qui culmine de 132 m

au dessus du Rhin à proximité de

Saint Goarshausen en Allemagne

( Rhénanie-Palatinat).

C’est un endroit, le plus étroit du fleuve entre

la Suisse et la Mer du Nord.

Le courant très violent et les nombreux rochers

immergés ont causé de nombreux accidents

maritimes.

 

voilà pour l’histoire vraie

mais je trouve le conte de la Loreleï beaucoup

plus passionnant.

Au plaisir de vous avoir fait connaître à ma façon

ce rocher.

Aujourd’hui deuxième journée avec mes quatres

morpions, bon, le journée d’hier c’est bien passée,

pas de heurts entre frère et soeurs,

Mais j’ai dormi comme un bébe,

HS hier soir

Bonne journée,

Bisous doux

Mamie Mandrine

 

Published in: on 2 juin 2010 at 9 h 12 min  Comments (2)  

PETIT HISTORIQUE DE PÂQUES

 

 

 

Pâques se fête 40 jours

après le Mardi Gras.

C’est une fête mobile

calculée sur les

lunaisons.

Elle se célèbre au plus tôt

le 22 mars, au plus tard le 25 avril.

C’est la fin du Carême.

 

Chez les Juifs, la Pâque est la

commémoration du passage

de la Mer Rouge par leurs

aïeux, lorsqu’ils sortirent

de l’ Egypte.

 

Chez les Chrétiens,

les Pâques sont le résurrection de Jésus,

trois jours après sa passion et sa mise  au

tombeau.

 

Chez les Athées,

c’est tout bonnement

l’éveil du printemps,

des premières fleurs,

du renouveau,

du retour définitif

du soleil.

 

La symbolique de l’oeuf est très ancienne.

Le monde connu serait né d’un oeuf !!!

Le jaune c’est le soleil,

le blanc, le ciel et la lune,

les fragments de sa

coquille autant

d’étoiles et de nuages.

C’est ainsi que le temps commença

d’exister.

 

Quand à la symbolique des lapins,

c’est parce qu’ils sont prolifiques

dans leur descendance.

Ils sont les garants

de la fécondité

de la vie.

 

 

Je viens vous souhaiter de bonnes fêtes

de Pâques.

Moi, pour ma part je vais profiter de ce moment

pour aller me ressourcer près de "ma mer",

même si elle est en colère.

Je vous dis donc à bientôt

Gros Bisous

Mamie Mandrine

 

 

 

 

 

 

 

 

Published in: on 2 avril 2010 at 18 h 24 min  Comments (2)  

LA LEGENDE DE LA SERVA

 

Plus ancienne que notre planète, la fée de la cascade se nomme

" la Demoiselle de la Serva".

Vénérée autrefois, car elle veillait sur l’eau des terres, du champ,

du feu.

Personne ne l’avait jamais vu,

mais l’on raconte que quand

se lève le vent du Nord

sur les sommets, qu’il hurle,

siffle et tourbillonne et,

que lorsque le froid nous transperce le corps, c’est elle

qui hurle sa colère …

Ils l’entendent gémir à travers

les volets qui claquent

et met en garde …

" FAITES ATTENTION,

VOUS NE RESPECTEZ PAS …"

Certains, les plus sages, parfois entrevoient

son regard à travers les eaux du ruisseau, elle leur

sourit puis disparaît.

Il paraît qu’au temps où vivaient les

premiers hommes, elle aimait jouer

avec eux. Mais déçue par leur

coeur, elle disparut à jamais.

" Elle est belle la Demoiselle de Serva…

Ses yeux sont limpides comme l’eau,

sa chevelure verte, soyeuse et lisse comme les

herbes au fond du ruisseau, sa peau fraîche comme

la rosée, sa robe tissée avec les écailles blanches

argentées des poissons et son sourire vous révèlent

un premier matin du monde. Quand un coeur

beau et généreux passe par là,

le ciel et les éléments se teintent

de mille feux et elle rend

la cascade magique

un instant …

Puis soudain, enveloppe les lieux d’une brume épaisse …

Ainsi, elle peut nous toucher et nous protéger avec ses ailes

de fée" racontent encore aujourd’hui les habitants des lieux.

Un jeune homme avait construit sa cabane

non loin de là, pour être

plus près d’elle.

Il était fasciné par

cette histoire et espérait

la rencontrer un jour.

C’était un bel enfant, au coeur pur,

qui allait ramasser du bois tous les soirs aux abords

du cours d’eau.

Il s’arrêtait un instant sur un rocher

pour lui parler des problèmes

de ce monde, puis

il rentrait chez lui et

rêvait d’elle :

Ils rendraient le monde meilleur …

Puis il s’assoupissait.

Toutes les soirées étaient identiques,

et ceci pendant quarante ans !

A l’aube de sa quarante et unième année,

l’homme assit sur un rocher,

au milieu des tumultes

du ruisseau, entendit

soudain son nom !

Un visage d’ange lui apparut,

puis une chevelure ruisselante, son regard, son sourire,

sa main qui se tend vers lui …

Le paysage se transforma, même le tintement de l’eau

se tut !

Elle lui tendit un bouquet de bleuets.

" Chaque fleur de ce bouquet représente l’un

de tes voeux, il te suffit de poser

tes yeux sur eux pour qu’ils

se réalisent " murmura-t-elle

dans un souffle chaleureux.

Surpris, il pris le bouquet entre ses doigts,

le serra contre lui, et le regarda …

Chacune des fleurs se transforma …

en un flot d’argent tombant à terre …

l’une après l’autre …

Il regarda la fée, des larmes

se mirent à ruisseler sur les joues de

la Belle.

La Demoiselle de Serva disparut à tout jamais,

laissant derrière elle, un flot d’eau plus important,

qui se transforma en torrent.

Une cascade naquit.

Le bûcheron, en son hommage,

y construisit une passerelle.

Il réalisa en s’endormant ce soir là

que tous ces beaux rêves s’étaient

transformés en rêve d’argent.

Il se sentait plus seul que jamais car il savait

que désormais, il n’aurait plus à attendre sa Belle …

Le lendemain, il se réveilla et retourna une dernière fois

sur les lieux.

Un bouquet de bleuets y était posé,

et ces mots gravés sur un arbre :

" PARLE DE CES FLEURS …"

Si, au détour d’une de vos promenades

au champ de feu, vos yeux se posent

sur un bouquet de bleuets, souvenez vous

de la fée de l’eau et des rêves des hommes.

 

FAITES UN VOEUX…

 

 

Voilà cette jolie légende m’a plut,

je l’ai retrouvé entre les pages

de mon calepin.

J’ai voulu vous la faire partager.

Bonne soirée

Gros Bisous

Mamie Mandrine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published in: on 15 décembre 2009 at 17 h 52 min  Comments (1)  

AU TOUT DEBUT …

 

Au début des temps, il n’y avait pas de différences

entre les hommes et les animaux.

Toutes les créatures vivaient sur terre.

 

Un homme pouvait se transformer en animal s’il

le désirait, et un animal pouvait devenir un être

humain.

Il n’y avait pas de différences.

 

Les créatures étaient parfois des animaux et parfois

des hommes.

Tout le monde parlait une même langue.

 

En ce temps là, les mots étaient magie et l’esprit

possédait des pouvoirs mystérieux.

Un mot prononcé au hasard pouvait avoir d’étranges

conséquences.

Il devenait brusquement vivant et les désirs se

réalisaient.

 

Il suffisait de les exprimer …

 

Légende indienne

 

Si cela pouvait encore être vrai …

Bonne soirée

Gros Bisous

Mamie Mandrine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published in: on 10 décembre 2009 at 18 h 25 min  Comments (1)