Cherche Princesse – Atelier de Mots n°38 chez Ghislaine

Il était une fois …

Un roi, une reine et un prince presque charmant ayant une vingtaine d’années, près à marier. Mais …

Car il y a un mais… Ce prince presque charmant a une thrombine assez ingrate, des cheveux d’un rouge flamboyant et difficile dans ses choix.

Il y a bien la princesse voisine, mais quoique très belle, bête comme chou, et il se dit que c’est une mondaine, limite coquine, ce qui ne sied pas à un futur roi.

De guerre lasse, le roi, la reine font appel à l’astrologue qui leur parle d’une petite orpheline d’une certaine beauté, pas vilaine du  tout et un coeur d’or qui prédomine.

En entendant cette description, le prince sent son coeur tambouriner,il l’imagine lumineuse, enfantine, divine quoi … Il veut absolument faire sa connaissance.

Il se voit la couvrant de bijoux, de zibelines, capelines et bottines satinées.

En faire une tsarine.

 » où puis je la trouver, demande-t-il ?

Près de la fontaine sur la grand place, lui répond l’astrologue, elle s’appelle Rosine, et vous ne pouvez pas vous tromper,cher Prince, elle est aussi rouquine que vous …

Voilà ce que les mots avec ine, m’ont inspiré.

J’espère que çela vous plaira.

Mandrine

Publicités
Published in: on 16 juin 2017 at 22 h 52 min  Comments (7)  

Meurtre au parc – Atelier n°19 – À vos plumes chez Pélagie

Un des PROMENEURS se tient pâle, transi et tremblant devant l’inspecteur.

Il AVALE avec peine sa salive au goût aigre, respire et essaie d’expliquer ce qu’il a vu quand il est arrivé avec ses amis au parc.

Ses paroles coulent à flot et REGORGENT de détails d’une violente RARETÉ. Sûr qu’il n’oubliera jamais cette vision.

Des BADAUDS commencent à s’attrouper.

L’inspecteur interpelle un policier près de lui :

– Bon sang ! Virez moi tout ce monde fissa, un meurtre n’est quand même pas une ATTRACTION !!! Et où se trouve Monsieur Léo, je suis étonné qu’il n’est rien remarqué en ouvrant les portes du parc ?

Le policier, RAVIT de l’attention que lui porte l’inspecteur, s’empresse de lui répondre que Monsieur Léo VAQUE à ses occupations en attendant d’être appelé.

Vous comprenez, Chef, il a horreur de revoir  cette scène, c’est le troisième meurtre depuis qu’il travaille au parc, il m’a dit qu’il y avait sûrement un tueur en série dans le coin.

 Voilà ce que les mots :

Badauds – rareté – attraction – promeneurs – ravir – vaquer – regorger – avaler

m’ont inspiré 


Mandrine

Published in: on 13 juin 2017 at 22 h 33 min  Comments (11)  

À la tombée de la nuit – Atelier n°32 chez Fée Capucine

La nuit descend doucement dans ce charmant jardin.

La chaleur a été bien présente toute la journée, mais à cette HEURE, entre chien et loup, il commence à faire plus frais. Il fait bon de se promener dans les HERBES folles qui caressent les mollets nus.

Le vent se fait musical, les branches du grand HÊTRE en frémissement de plaisir.

Tout n’est que murmures, silence que l’on ne trouve qu’à la tombée de la nuit.

Le jour se couche, la nuit se lève.

Les oiseaux se nichent sous leurs ailes, le coq, du poulailler voisin, a lancé son dernier cocorico, au revoir Soleil, bonjour Lune, la nuit tombe …

Tout à coup, un hululement fait HÉRISSER les cheveux sur la nuque. Puis après un tout petit, petit moment de frayeur, on voit, tout en HAUTEUR, Monsieur HIBOUX vous fixant de ses grands yeux ronds.

Au détour du chemin, entre les salades et la rangée de poireaux, tout à fait par HASARD, un petit museau et des yeux malicieux, se pensant à l’abri de tout prédateur, Madame HÉRISSON et sa petite famille trottinent.

HÉLAS, la nuit se fait lourde aussi pour les corps, les yeux se fatiguent, il faut rentrer et rejoindre son lit douillet, pour se promener, cette fois en rêve, dans le charmant jardin, à la recherche d’elfes et de farfadets.

 

Voilà ce que les mots :

Heure – Hasard – Hérisson – Herbes – Hélas – Hérisser – Hauteur – Hêtre – Hiboux

m’ont inspiré.

J’espère que çela vous plaira.

Mandrine 

Published in: on 12 juin 2017 at 19 h 10 min  Comments (8)  

La maison – Atelier de Mots n°37 chez Ghislaine

Sans « répit « , le « vent » « souffle », il prend un malin « plaisir » de s’infiltrer dessous la porte, dans la cheminée, malmenant vitres et volets. La maison en est toute secouée, mais elle tient bon, ce n’est pas encore aujourd’hui qu’elle s’effondrera sous ses coups de butoir.

Elle le connaît, chaque saison il a son caractère. Parfois, il la « courtise » par sa douce brise. Ces jours-là, elle dépose les armes et se laisse bercer, l' »envie » de ses caresses l’enivre.

D’autres fois, il « râle  » et peste, invitant la pluie pour l’aider. Vrai, la maison n’aime pas trop, ses vitres pleurent, mais elle sait qu’elle doit être « patiente », il se calmerait, il se calme toujours, elle le connaît bien.

Mais là ! Elle ne s’y attendait pas, elle était sans « méfiance « , le ciel ne l’a pas prévenu. Tout à coup, après un lourd « silence », il arrive, comme un malfaisant, l’envahissant, la bousculant, lui soulevant avec indécence ses jupes,  il ne badine plus, il ne « râle  » pas non plus, montrant au plus beau de la tornade, son vilain caractère.

Mais non !!! Ce n’est pas encore aujourd’hui qu’il l’a détruira…

Voilà ce que les mots :

Vent, patient, répit, râler, plaisir, souffle, méfiance, silence, envie et courtiser

m’ont inspiré 

Mandrine

Published in: on 10 juin 2017 at 21 h 58 min  Comments (10)  

ATELIER SURPRISE N°33 chez Ghislaine

b13be705

Ta maman qui te porte beaucoup d’amour, nous a gentiment demandé d’avoir une pensée pour toi, le jour de ton Anniversaire.

Que ne ferait pas une maman pour que sa fille soit heureuse.

Faute de vraies fleurs, je t’envoie ce bouquet virtuel pour te souhaiter ma chère Séverine, tout le bonheur du monde.

Que ces quelques mots plein de tendresse te réchauffent le cœur.

JOYEUX ANNIVERSAIRE

Avec toute ma tendresse et mon amitié

passe une excellente journée.

ae678dcb

fP3EhPrvAcieN2noqQ5IQMJJchE

1977696403_1

Mandrine

Published in: on 30 avril 2017 at 9 h 44 min  Comments (3)  

Les amoureux -Atelier d’écriture chez Assoula

img_0775

Ils sont beaux, ils sont seuls, la vie autour d’eux continue, les enfants jouent et courent en poussant des cris de joie, mais ils ne les entendent pas.

Les yeux dans les yeux, ils sont deux, à se chercher, à se trouver, à s’aimer.

Hier, c’était hier, ils ne se connaissaient pas ! 

Demain sera demain, ils n’y pensent pas !

Une simple ritournelle leur fait lever la tête, ils se regardent, ils se sourient, les yeux plein d’amour, prenant comme un signe de bonheur éternel cette chanson qui leur dit,

 » Dieu réunit ceux qui s’aiment. »

img_0776

Voilà ce que cette phrase m’a inspiré, le thème étant l’amour, rien n’est plus beau que les amoureux de Peynet.

img_0777

Mandrine

Published in: on 10 février 2017 at 0 h 36 min  Comments (13)  

Monsieur Maillard–A vos Plumes chez Arlette

hebdo-200_3

L’inspecteur Maillard commence sa journée, routine habituelle, petit café, morceau de brioche,petit coup de brosse sur son veston, petit coup de brosse sur sa petite calvitie?

C’est un célibataire, il a donc opté, pour plus de confort, de loger dans une petite pension, non loin du commissariat, qui fait aussi table d’hôte.

C’est un bonhomme à l’allure tranquille, qui peut même paraitre ennuyeux pour ceux qui ne le connaissent pas …

Mais au travail, tout le monde sait que c’est un génie, et que bien que proche de sa retraite, il est loin de s’encrouter.

Sa brigade qui le côtoie au quotidien, connait très bien ses réactions devant une enquête en cours.

Travailler avec lui est exaltant. Il prend tout en compte, aucun imprévu ne le perturbe. Il n’oublie jamais rien !!!

Son esprit est toujours en éveil. Quand un dilemme quelconque vient mettre un grain de sable dans les rouages de son enquête, il a vite fait de s’en débarrasser.

Hé ! Oui ! disons le ! Monsieur Maillard est vraiment un inspecteur très spécial.

images4ZDLF6R7

Voilà ce que les mots :

cours – dilemme – routine – quotidien – imprévu – table d’hôte – tranquille –exaltant – ennuyeux – spécial – savoir – s’encrouter – éveiller et oublier

m’ont inspiré;

J’espère que cela vous plaira

avec toute ma tendresse et mon amitié

voiture-qui-brille-qui-dit-bon-vendredi

carte_merci_002

Mandrine

Published in: on 3 février 2017 at 12 h 57 min  Comments (12)  

UNE NUIT DE NOËL – La Magie des Mots

img_0573

 » A l’aube, ils tombent en masse du ciel, passent par dessus les remparts, caracolent au dessous des toits, descendent lentement entre les hautes maisons. »

Enormes mais légers comme des plumes, ils envahissent les rues. Le vent soufflant les fait tourbillonner dans le ciel où se joue un ballet féerique blanc.

Dans les rues étroites de la ville, tout est silence. Des cheminées des hautes maisons sortent des volutes de fumées grises.

Le sol est vierge de pas, la ville est encore endormie après une nuit d’agapes. Enfin presque…

En dehors des remparts, le paysage est comme figé . Plus de ressac, les vagues sur la berge gèlent. La plage n’est plus qu’un grand tapis blanc. Même les mouettes se sont cachées.

Dans une des maisons, des bruits de vaisselle, une odeur de café et de pain chaud envahit la cuisine.

Là haut, à l’étage, des petits pas frileux se font entendre, puis une cavalcade dans les escaliers.

Deux minois pointent leur nez à la porte de la cuisine !!

 » M’man, tu crois qu’il est venu ? Nous avons regardé par la fenêtre, on a vu aucune trace dans la neige ! Il vole peut être, dit ?

Et sans attendre la réponse, deux paires de chaussons oursons filent dans le salon, où la cheminée crépite de joie!

Prés du sapin, plus de lait, ni de biscuits, ni de carottes …

Oh ! Oui, il est venu !!! De jolis cadeaux recouvert d’or et d’argent sont installés au pied du sapin …

img_0574

Voilà ce que la phrase imposé tirée de la première phrase du livre d’Antony Doeer

 » Toute la lumière que nous ne pouvons voir. »

 

img_0577

 

Ce livre parle de Paris pendant l’occupation, à l’effervescence  de la libération, dans le sillage de deux héros dont la guerre va bouleverser l’existence. »

Un livre passionnant et prenant que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire.

Avec toute mon amitie et ma tendresse

img_0576

Mandrine

 

Published in: on 21 décembre 2016 at 11 h 29 min  Comments (9)  

La Fin de la tranquillité–Atelier de Mots n° 18 chez Ghislaine

peenyWqTUn92sA3mJpLBoGaHIvk@500x375

Je suis une petite souris bien contrariée…

J’avais un nid douillet et tranquille chez Mémé Berthe, mais voilà, elle est partie et les soucis arrivent à la chaine.

Mémé n’avait pas d’autres animaux dans la maison, l’ancienne clause le spécifiait, elle avait fait une exception pour moi…

Mais là !!

La nouvelle locataire et son charmant sourire a emménagé avec , devinez quoi ?? Le chat !!!

Mon cœur n’a fait qu’un bond, quand j’ai appris cette nouvelle.

Mais il va falloir que je fasse avec.

Bon, actuellement, tout nouveau, tout beau, il s’intéresse au dehors, je le vois grimper tout en haut du chêne qui se trouve derrière la maison.

Il va malgré tout falloir que je prenne des précautions et garder ma porte close, à moins qu’un jour nous ne devenions ami, amie. Je peux toujours rêver, non !!

Mais ce qui me contrarie le plus, j’ai une âme artiste, avec Mémé, il y avait dans toute la maison de jolies toiles d’araignées, et j’aimais m’en parait lorsque je lui dansait un ballet sur sa musique russe.

La nouvelle locataire, elle, est une fée du logis, plus d’araignées, donc plus de toiles pour me faire un tutu, elle est la reine du balai.

Remarquez je n’ai pas encore fait sa connaissance, elle ne va peut être pas m’aimer autant que Mémé.

Enfin, bref ! je vous le dit, je suis un peu contrariée, j’ai mes habitudes dans cette maison, cela me ferait peine de déménager, et pour où ?? nous sommes en plein hiver …

d12dbeb49f91a2ed0c688bedef4d29ef

voilà ce que les mots :

balai – ballet – bon – bond –chaine – chêne – close – clause

m’ont inspiré.

Je suis un chouia en retard excusez moi

avec toute ma tendresse et mon amitié

c72c8187

ob_fd718f_mdg-236-5476-4

124dbd44

 

 Mandrine

Published in: on 1 décembre 2016 at 10 h 43 min  Comments (10)  

DRÔLE DE VIE – Atelier de mots n°9 chez Fée Capucine

topelement

Je viens de voir un documentaire sur la bataille de la ville d’Alep.

Je viens de finir de lire “ Toute la lumière que nous ne pouvons voir” d’Anthony Doeer.

Ce sont deux choses qui m’ont frappé par leur similitude, la délivrance d’Alep, et la délivrance de Saint Malo en 1944, même combat …

Faire mordre la poussière à l’ennemi, sans prendre en compte les prières des pauvres civils, qui , apeurés, terrés, attendent l”inévitable bombe qui leur tombera sur la tête, espérant dans leur fond intérieur qu’une erreur de tir viendra encore épargner leurs pauvres demeures.

Ils n’arrivent plus à être sereins, la peur au ventre, leur patience est à bout.

Que peuvent ils espérer quand ils voient à chaque détour, ruines et gravats aux sommets escarpés…

Aujourd’hui, comme hier, leurs courages et leurs résignations me surprennent.

Que ferais je à leur place ??

th18AAUCHW

Voilà ce que les mots :

Détour – erreurs – inévitable – serein – patience – prière – mordre – combat – escarpés – courage

m’ont inspiré

j’espère que cela vous plaira…

triste20091030142756

bonne-soiree_121

 Mandrine

Published in: on 28 novembre 2016 at 22 h 04 min  Comments (9)