J’ai lu … DE L’EAU POUR LES ÉLÉPHANTS

ce roman pas comme les autres a une histoire exceptionnelle.

Durant la Grande Dépression, dans les années 30, les trains des petits cirques ambulants sillonnent l’Amerique.

Sara Green fait revivre avec un incroyable talent cet univers de paillettes et de misères.

Je viens de terminer ce livre, et je ne peux que vous conseiller de le lire, si vous ne l’avez pas déjà fait. Cette histoire restera gravée dans ma mémoire, pour l’histoire du cirque et pour le vieux monsieur, Jacob Jankoski, qui mis dans une maison médicalisée ne se souvient plus du présent mais revit clairement sa vie dans le cirque des frères Benzini.

Avec toute ma tendresse et mon amitié. Je vous souhaite une

 

 

Mandrine

Publicités
Published in: on 23 septembre 2018 at 22 h 26 min  Comments (5)  

Est-ce la fin du monde–Défi d’écriture n° 71 chez Ghislaine

TripSense_CayoSantaMariaVacations-beach3-630x240

La mairie vient de lancer une alerte ouragan ….

Le temps semble s’arrêter, de respirer, de vivre …

L’atmosphère se fait pesante.

Pas un bruit, les oiseaux se sont tus …

Nous ont-ils quittés ???

Pourtant nous vivons dans un endroit magique, féérique, avenant, petit paradis sur terre.

Les palmiers, qu’aucun souffle ne dérange, restent figés, rigides.

La mer est d’un calme plat.

Le calme avant la tempête, nous nous préparons pour faire face à la guerre des vents.

Que pouvons nous faire ??

Surtout prendre l’alerte au sérieux, ne pas reporter à demain toutes les préparations pour affronter les éléments…

Attendre, espérer, prier, se calfeutrer du mieux que l’on peut, avant de nous trouver au milieu de cet ouragan.

Demain, nous verrons demain …

060917-irma-stmartin-m

Voilà ce que les mots :

avenant – mairie – milieu – rigide – prier – reporter – quitter – vivre

m’ont inspiré.

j’espère que cela vous plaire

et surtout j’espère être dans les temps

gif-bonne-soirc3a9e-69

avec toute ma tendresse et mon amitié

Bisous

Mandrine

Published in: on 18 septembre 2018 at 20 h 20 min  Comments (9)  

J’ai lu …

Oskar a 12ans, il vit seul avec sa mère au cœur d’une banlieue glacée de Stockholm. Martyrisé par trois adolescents dans son collège, il rêve de devenir « tueur en série «  pour se venger de ses tortionnaires.

Je pensais commencer un polar, comme j’aime de temps en temps lire, et je me suis laissée emporter par cette histoire, un peu à la Stéphen King, j’ai frémi au point de me faire peur le soir, rire, si si c’est vrai, mais pour ceux qui aiment le surnaturel, les frissons, c’est à lire.

Mandrine 

Published in: on 16 septembre 2018 at 22 h 11 min  Comments (6)  

L’Estive … Atelier de mots n°19 chez Arlette

34847729_1915339985156636_1638081023247908864_o-2390353999

L’air, ce matin là, est encore frais, mais qu’importe, aujourd’hui est journée exceptionnelle, et  de toute façon le soleil pointera son nez en milieu de matinée.

L’année dernière, nous n’avions pas eu cette chance là, il nous avait fallu braver la colère du ciel, et le parcours nous avait semblé bien difficile.

Mais comme nous avions été heureux en arrivant au but.

Cette année, la route sera pratiquement la même, mais elle a été juste un peu revue.

Marchant d’un bond pas, mon esprit se met à vagabonder, à voguer au rythme des blés ondulants comme une mer d’or.

Il a été convenu de faire attention aux cultures et aux pâturages.

Mais quel plaisir de se promener le nez au vent, l’odorat parfois heurté par les relents des bêtes ayant hibernées.

Nous voyons filer quelques lapinous effrayés, regarder voler les papillons de ci de là, en nous disant que nous avions de la chance de vivre ces moments, l’avenir et autres insectes étant menacés…

Sentir à plein poumon, le doux parfum de la nature, entendre le doux carillon des clochettes du troupeau.

Ce que je vous raconte aujourd’hui est un rêve que je n’ai pas pu réaliser, accompagner un bout de chemin avec les bergers du Bas Ossau.

Cela se passe au début de l’été, et cette marche ancestrale existe depuis des siècles.

maxmatinarch0152501

Voilà ce que les mots :

ancestrale – dernière – difficile – frais – heureux – revue – but – soleil – route – avenir – braver – convenir – voguer – heurter et sentir

m’ont inspiré.

J’espère que ce texte de retour parmi vous vous plaira

9eb55c6b

Avec toute ma tendresse et mon amitié,

mouton_rubans_bisous2

Mandrine

Published in: on 10 septembre 2018 at 9 h 50 min  Comments (13)  

Clap de fin …

Dans le murmure des feuilles qui dansent, il y a des mots doux, des papillons, des yeux émerveillés, de la force, du courage, de la joie, beaucoup de joie.

 

Dans le murmure des feuilles qui dansent, il y a surtout les petits bouts d’âme de ceux qu’on aime mais qu’on ne peut plus prendre dans nos bras.

Je viens de terminer ce livre et je vous en livre les derniers mots, livre plein de vie, plein d’amour, qui a su me prendre aux tripes et m’a arraché les larmes des yeux, si vous aimez lire, alors lisez-le.

Bonne soirée, plein de bisous pour vous.

Mandrine 

Je

Published in: on 8 septembre 2018 at 22 h 59 min  Comments (10)  

Nous sommes en Septembre

7134BEEE-E3A6-4DF9-BF2A-49EEAEF782425F2CA927-4DF9-426C-A7E0-B3C5DA29DB56

C57E4968-FC1A-4D37-99D1-DB8E7146E4B2

4C4E2514-F8AE-4CF4-A1B7-473E239567C6

E45A7D1A-732E-4616-8543-245976113872

2B13C18E-B8A2-4BE0-A1A7-6D12AC40A077

90A19D31-9237-45C5-93F2-DB7C7F36E588

Je vous souhaite un bon Mois de Septembre

1448F01E-8606-4F2E-BCF4-A7DE84047A0B

75109AA9-35DD-4A5E-AE2C-6DD8CE9BFC48Mandrine

Published in: on 3 septembre 2018 at 0 h 05 min  Comments (14)  

Un petit signe de moi

76861DB6-6897-4383-9E49-71FF06081C73crois-tu que l’eau du fleuve et les arbres des bois,

s’ils n’avaient rien à dire, élèveraient la voix?

prends-tu le vent des mers pour un joueur de flûte ?

crois-tu que l’océan, qui se gonfle et qui lutte,

serait content d’ouvrir sa gueule jour et nuit

pour souffler dans le vide une vapeur de bruit,

et qu’il voudrait rugir, sous l’ouragan qui vole,

si son rugissement n’etait une parole?

 

….

 

non, tout est une voix et tout est un parfum;

tout dit dans l’infini quelque chose à quelqu’un;

une pensée emplit le tumulte superbe.

Dieu n’a pas fait un bruit sans y mêler le Verbe.

tout, comme toi, gémit ou chante comme moi.

tout parle. Et maintenant, homme, sais-tu pourquoi 

tout parle? Écoute bien. C’est que vents, ondes, flammes

arbres, roseaux, rochers, tout vit ! Tout est plein d’ames.

Victor Hugo « Ce que dit la bouche d’ombre »,

les contemplations, 1856

EF54E5DA-DF9E-4262-82D9-99B75EAED949

Je reviens doucettement, pendant les trois mois qui viennent de passer, j’etais «  chez ma mer » où j’y ai fait une orgie de lectures et de ce fait très peu sur la toile, ce soir je commence un nouveau livre dont je vous dévoile le titre, et l’extrait du poème de Victor Hugo en Préface m’a interpellé et j’ai eu envie de vous le faire partager.

Je reprendrai tantôt les ateliers, et en attendant je vous envoie mille bisous avec toute ma tendresse et mon amitié.

Mandrine

Published in: on 31 août 2018 at 0 h 13 min  Comments (10)  

Bon Mois de Mai

Je viens vous souhaiter un bon 1er Mai, ainsi qu’un joli mois de Mai. Pas très présente actuellement, mais cela ne m’empêche pas d’aller vous voir le soir.

Avec toute ma tendresse et mon amitié.

Bisous

Mandrine 

Published in: on 1 mai 2018 at 1 h 14 min  Comments (11)  

Nous sommes déjà le 2 Avril

J’espère que vous avez tous et toutes passés de bonnes fêtes de Pâques. Pour ma part, j’ai eu un bout de ma famille, mes petits enfants étaient chez leur père et mère respectifs, mon aîné était dans la famille de sa femme avec les gamins, il me restait Thomas (dernier fils), Nathalie, son époux et petit Nicolas. Bonheur malgré tout, et le poussin a mangé comme nous et de bon appétit.

je me remets doucettement de ma grippe, je tousse encore un peu et grosse fatigue, mais bon le printemps arrive, je vais donc rajeunir (rire)

Avec toute ma tendresse et mon amitié

Mandrine

Published in: on 2 avril 2018 at 20 h 55 min  Comments (11)  

Peur dans la nuit … Les défis d’écriture de Ghislaine N°57

amnesia-a-machine-for-pigs-egamer-1

Dans les méandres des ruelles sombres, des pas résonnent, clic clac, clic clac, l’homme a un pas lourd et il doit s’aider soit d’une canne, soit d’un bâton …

Il ne flâne pas, ces pas sont rapides et cadencés , il va vers quoi ? vers qui? …

Mon cœur s’affole ..

J’aperçois au loin le halot de sa  lanterne éclairant faiblement le chemin.

Il faut avouer que le paysage que j’aperçois dans cette faible lumière, n’a rien de réjouissant.

Mais où suis je tombée ??

Sur un tas d’immondices, je vois des rats qui font bombance…

Un chat, où deux, où trois miaulent à la lune …

J’en ai froid dans le dos …

Une sourde peur fait frémir la nuit…

J’ai l’impression que l’odeur du crime plane dans l’air …

Mais que fais je là ?

Où suis je ?

J’ai peur …

Une angoisse me saisis, je crie …

Et tout à coup je me réveille dans mon lit douillet.

Ouf !!! j’étais en train de rêver …

cartoon-cats-creepy-dark-Favim_com-3611201

Voilà ce que les mots :

homme – lanterne – paysage – bâton – faire – flâner – rêver – planer

m’ont inspirer.

J’espéré que cela vous plaira.

Avec toute ma tendresse et mon amitié

Su2bMrbqFMcVFnGdHleX7uJZC9s@450x450

29d94e1c

Mandrine ou Christine

au choix (rire)

Published in: on 16 mars 2018 at 11 h 41 min  Comments (14)