SOUVENIRS D’ENFANCE-Atelier-de-mots-de-Zaza-chez-Pelagie

Remontent de ma mémoire, des souvenirs d’enfance.

Je suis fille et petite fille de mineurs.

Ma mère tenait un bistrot face à la mine.

Mon terrain de jeu était le carreau de la fosse.

Le garde était notre nounou…

Nous devions être six ou sept enfants, allant de 5 ans (moi) à neuf ans, et pour nous cette cour de récréation était la cour des miracles.

Nous n’étions pas voyous, juste un peu casse-cou, j’étais la seule fille du groupe, et je suivais mes petits mecs partout.

Je me souviens que parfois nous descendions soit à vélo, soit en luge faite de nos mains, cette haute montagne noire, et je sais que souvent je me suis retrouvée les quatre fers en l’air au milieu du champ d’orties qui se trouvait en bas.

Les mineurs, quand ils remontaient au jour, s’arrêtaient chez maman ou dans les autres bistrots, il u en avait cinq sur la même route, face à la mine.

Ils arrivaient dans des bleus noirs de poussières de charbon, le fond de leurs yeux paraissaient blancs dans leurs visages crasseux.

Comme j’étais la gamine de la maison, et que je traînais toujours dans les jambes de ma mère et de mon père, j’avais droit parfois aux restes du briquet, nous appelions cela du pain d’alouette.

Quand ils étaient assis aux tables du bistrot, après une dure journée de labeur, ils demandaient un café avec un petit coup de rhum , une bistouille, pour les requinquer.

Et voilà, cet atelier m’a fait remonter d’un coup, plein de souvenirs, j’en aurais encore à raconter, mais pour aujourd’hui, c’est bon, voilà, merci de m’avoir écouter.

Bonne journée à vous

Bisous

Mamie Mandrine

Published in: on 4 février 2011 at 11 h 15 min  Comments (12)  

The URI to TrackBack this entry is: https://mandrine6.wordpress.com/2011/02/04/souvenirs-denfance-atelier-de-mots-de-zaza-chez-pelagie/trackback/

RSS feed for comments on this post.

12 commentairesLaisser un commentaire

  1. que de souvenirs ce billet éveille en moi, moi c’était l’usine Sacilor, nous avions aussi notre montagne nous l’appelions le crassier, et j’étais aussi la seule fille du coin. oh cette montagne nous l’avons montée et descendue plus d’une fois, sans peur, même les yeux fermés nous savions nous guider, nous la connaissions au moindre recoin.
    nous avions d’autres occupations que la nouvelle génération, mais nous au moins nous rentrions à la maison la figure rouge et avec une bonne fatigue.

    bisous bisous douce nuit prends soin de toi.

  2. Merci pour tes souvenirs partagés , la mine a vraiment marqué de nombreuses personnes autant celles qui y travaillaient que celles qui la côtoyaient.
    Je n’avais pas vu ton billet .
    Bisous

  3. Superbes tes souvenirs, bistouille se dit aussi en Picardie, c’est vrai que nos départements sont voisins.
    bises et bonne fin de semaine.

  4. Descendes de terrils sur un bout de carton avec orties où ronces en arrivée, j’ai vécu aussi cela.
    Sauter dans le wagonnet aérien et descendre en vitesse poursuivit par le garde, ça aussi.
    Chercher des fossiles ou des boules de fer….tant de souvenirs.
    Bon week end et merci de ces souvenirs partagés

  5. Coucou tite Mandine,
    Oui en effet cette période de notre enfance était autre chose que maintenant…
    Mais c’est un très joli billet, cela remet de la nostalgie en passant à toutes ses braves personnes…
    Si ce couple de danseurs sur mon espace, t’as plu, j’en suis ravi…
    Passe un bon WKend et 1000 bizouilles de tite minouche…

  6. Coucou ! les racines vont très loin souvent … merci à elles de nous ancrer dans notre nous.
    Bises
    Fr@ne

  7. bonjour

    Pas une vie facile les mineurs ! ni pour leur famille
    beau billet
    bonne journée, beaucoup de travail, comme d’habitude et peu de temps pour aller sur les blogs !
    A bientôt

  8. Trés émouvant ton billet Mandrine
    Une vie tellement difficile que celle des Mineurs,
    et on se plaint toujours.
    Bon week-end – bisous

  9. Magnifique Mandrine, tes souvenirs me touchent, je ne suis pas née dans une famille demineur, mais j’ai vécu avec eux, près d’un puit de mine, ils étaient nos voisins, j’allais à l’école avec leurs enfants…
    Pour moi ce que tu racontes sesont dessouvenirs qui remontent et je suis émue….j’ai passé des années heureuses, dans ce quartier « des prairies), où de petits hommes tout noir de charbon, passaient toute la journée, ils avaient le sourire, et nous pouvions compter sur eux, pour « un coup de main »…..monpère était très aimé de tous ces gens, différents de lui,
    mais mon père ne faisait pas de différence…..merci +andrine popur le souvenir…je t’embrasse…

  10. Mandrine ton billet me plait énormément
    souvenirs d’enfance………..
    dificile métier que celui là………..
    j’aime les gens du nord , d’ailleurs j’en ai épousé 2 dans ma vie dont le dernier en date ! lol

  11. Merci, Mandrine, pour ces souvenirs d’enfance que tu partages avec nous, bisous.


Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :