Le mois de Novembre est déjà entamé

 

avec toute ma tendresse et mon amitié, je vous souhaite un bon Mois de Novembre.

J’avoue ne pas trop aimer ce mois qui nous enveloppe de sa nuit à partir de 17 heures, qui nous fait honorer nos morts, chose noble mais au combien pénible, qui remue les souvenirs de ce que nous appelons la Grande Guerre, mois à cafard … et il faut dire que pour moi il a démarré sur les chapeaux de roues, mon époux m’ayant encore fait une grande frayeur, après avoir passé une semaine à l’hôpital pour son diabète, bien sûr régime drastique,mais hier il a fallu le conduire aux urgences ( ouf… l’hosto est à 5 mn de chez moi) pour après moult examens m’entendre dire qu’il faisait une crise de goutte. Pas étonnant que ma tension joue du yoyo (rire)

Plein de bisous 

Mandrine 

Publicités
Published in: on 4 novembre 2018 at 18 h 25 min  Comments (7)  

Nous sommes là …

Published in: on 8 septembre 2011 at 13 h 06 min  Comments (83)  

Centenaire de l’Armistie de la Grande Guerre 14/18

Au début, j’ai voulu faire un hommage à nos pauvres poilus, et à tous les soldats alliés qui sont venus pour sauver la France, le Monde dans cette effroyable boucherie.

Puis j’ai pensé à ma famille, à mes anciens, grands parents paternels et aussi maternels. Je suis d’origine polonaise, mon grand-père maternel ne m’a jamais parlé de la Grand Guerre, mais à l’époque, il était un polonais où plutôt un russe polonais … Mon grand père paternel, polonais aussi, faisait partie de l’empire Austro-Hongrois, il faisait même partie de la garde impériale du Kaiser, il avait le poids et la taille voulue, il était blond aux yeux bleus. Il a donc dû faire la Grande Guerre avec l’ennemi, le peut que je sache, c’est qu’il en a souffert, il avait 19 ou 20 ans.

La paix installée, la France ayant besoin de bras, il est venu, comme mon grand père maternel, travaillait dans le Nord de la France. Tous les deux se sont naturalisés Français, en espérant plus jamais ça, malgré la haine des «  vrais français «  ils ont tenus le coup, et de cœur ils sont devenus plus français que les français, ils ont inculqué à leurs enfants l’amour de leur nouvelle patrie, mon grand père paternel fut résistant pendant la seconde guerre, il a même donné un fils pour la liberté de la France. Mon grand père maternel à lui fait le sacrifice de son fils pendant la guerre d’Algerie.

Je me pose donc la question, je suis fière de nos poilus, mais je suis aussi fière des mes grands pères. Les hommes qui se sont retrouvés dans les tranchées, de part et d’autres se battaient pour l’orgueil de certains chefs de guerre, et on servit de chair à canon.

Ce qui me fait peine c’est qu’aujourd’hui, des jeunes ou des illuminés ne se souviennent plus de ces boucheries et sont en train de reproduire ce climat délétère, fait de haine, de xénophobie qui ont toujours finit par une prise d’armes et de tueries entre les hommes.

Voilà ce qui me hante en cette veille du centenaire de la Grande Guerre, et j’avoue ne pas me sentir très bien.

Je vous souhaite malgré tout un bon week-end, sous la pluie et sous le vent dans mon Grand Nord, ce qui n’améliore pas mon état d’esprit.

Me mets en mode siestage et avec toute ma tendresse et mon amitié, je vous envoie un millier de bisous.

Mandrine

Published in: on 10 novembre 2018 at 14 h 36 min  Comments (5)  

J’ai lu … Les cerfs volants de Kaboul

De Kaboul à San Francisco, des années 70 à nos jours, une déchirante histoire d’amitié et de trahison, avec , en arrière plan, la chronique tourmentée d’un pays dévasté : l’Afghanistan.

Ce livre était dans ma bibliothèque, non lu … et je l’ai enfin vu et sorti de sa solitude. J’ai découvert un livre passionnant, envoûtant, terrible parfois aussi.

Bref j’ai aimé….

je vous souhaite une

Mandrine

Published in: on 6 novembre 2018 at 22 h 04 min  Comments (6)  

J’ai lu … Les filles d’Ennismore

8F480199-1D05-4DCA-BD7F-3C93E96CC1D8

Irlande, début du XXe siècle. À huit ans, Rosie croise le chemin de Victoria, la jeune héritière du domaine d’Ennismore. Celle-ci s’ennuie et voit en la fille d’un métayer, l’amie dont elle rêve tant. Au grand dam de sa mère, elle arrive à convaincre son père de partager ses heures de leçon avec Rosie. Au fil des années, leur amitié grandit. Mais à 17 ans, Victoria quitte Ennismore pour Dublin afin de faire son entrée dans le monde, laissant Rosie déchirée entre les aspirations de ces années d’education aristocrate et sa modeste position. Elle est bientôt contrainte d’accepter un poste de domestique au domaine. Servir une famille qu’elle a côtoyée pendant 10 ans est d’autant plus douloureux que Rosie est amoureuse depuis toujours du frère de Victoria, Valentin. Alors que l’Irlande s’embrase, le destin de Rosie et Victoria emprunte le chemin de la révolte…

 

D483CBFF-3C5E-49E2-9B0C-258AA4F106C9

Ce livre est certes assez fleur bleue, mais de temps en temps c’est si bon de lire l’amour toujours, mais ce livre n’est pas que cela, il parle de la misère crasse de cette époque, la révolte qui gronde au sein des Irlandais de souche contre leurs maîtres anglais. La fuite d’Irlandais en grande masse pour l’Amerique, et le fameux Titanic. L’entrée de l’Angleterre, et de ce fait des Irlandais, dans la Grande Guerre. Bref… pour moi ce fut un beau roman.

  Mandrine

Published in: on 18 octobre 2018 at 22 h 13 min  Comments (8)  

J’ai lu … La disparue de la cabine N°10

Une semaine à bord d’un yacht luxueux, à sillonner les eaux du Grand Nord avec seulement une poignée de passager.

Pour Laura Blacklock, journaliste pour un magazine de voyage, difficile de rêver d’une meilleure occasion de s’éloigner au plus vite de la capitale anglaise …

Un thriller qui va vous tenir en haleine, j’ai beaucoup apprécié 

Avec toute ma tendresse et mon amitié, je vous envoie plein de

Mandrine

Published in: on 5 octobre 2018 at 22 h 54 min  Comments (5)  

Bon Mois d’Octobre

Que ce mois soit beau et tendre pour vous, nous rentrons dans l’automne, avec ses journées ensoleillées ou grises, alors je vous envoie plein de bisous chaleureux pour vous réchauffer le cœur.

(suite…)

Published in: on 3 octobre 2018 at 0 h 06 min  Comments (10)  

J’ai lu … DE L’EAU POUR LES ÉLÉPHANTS

ce roman pas comme les autres a une histoire exceptionnelle.

Durant la Grande Dépression, dans les années 30, les trains des petits cirques ambulants sillonnent l’Amerique.

Sara Green fait revivre avec un incroyable talent cet univers de paillettes et de misères.

Je viens de terminer ce livre, et je ne peux que vous conseiller de le lire, si vous ne l’avez pas déjà fait. Cette histoire restera gravée dans ma mémoire, pour l’histoire du cirque et pour le vieux monsieur, Jacob Jankoski, qui mis dans une maison médicalisée ne se souvient plus du présent mais revit clairement sa vie dans le cirque des frères Benzini.

Avec toute ma tendresse et mon amitié. Je vous souhaite une

 

 

Mandrine

Published in: on 23 septembre 2018 at 22 h 26 min  Comments (6)  

Est-ce la fin du monde–Défi d’écriture n° 71 chez Ghislaine

TripSense_CayoSantaMariaVacations-beach3-630x240

La mairie vient de lancer une alerte ouragan ….

Le temps semble s’arrêter, de respirer, de vivre …

L’atmosphère se fait pesante.

Pas un bruit, les oiseaux se sont tus …

Nous ont-ils quittés ???

Pourtant nous vivons dans un endroit magique, féérique, avenant, petit paradis sur terre.

Les palmiers, qu’aucun souffle ne dérange, restent figés, rigides.

La mer est d’un calme plat.

Le calme avant la tempête, nous nous préparons pour faire face à la guerre des vents.

Que pouvons nous faire ??

Surtout prendre l’alerte au sérieux, ne pas reporter à demain toutes les préparations pour affronter les éléments…

Attendre, espérer, prier, se calfeutrer du mieux que l’on peut, avant de nous trouver au milieu de cet ouragan.

Demain, nous verrons demain …

060917-irma-stmartin-m

Voilà ce que les mots :

avenant – mairie – milieu – rigide – prier – reporter – quitter – vivre

m’ont inspiré.

j’espère que cela vous plaire

et surtout j’espère être dans les temps

gif-bonne-soirc3a9e-69

avec toute ma tendresse et mon amitié

Bisous

Mandrine

Published in: on 18 septembre 2018 at 20 h 20 min  Comments (9)  

J’ai lu …

Oskar a 12ans, il vit seul avec sa mère au cœur d’une banlieue glacée de Stockholm. Martyrisé par trois adolescents dans son collège, il rêve de devenir « tueur en série «  pour se venger de ses tortionnaires.

Je pensais commencer un polar, comme j’aime de temps en temps lire, et je me suis laissée emporter par cette histoire, un peu à la Stéphen King, j’ai frémi au point de me faire peur le soir, rire, si si c’est vrai, mais pour ceux qui aiment le surnaturel, les frissons, c’est à lire.

Mandrine 

Published in: on 16 septembre 2018 at 22 h 11 min  Comments (6)  

L’Estive … Atelier de mots n°19 chez Arlette

34847729_1915339985156636_1638081023247908864_o-2390353999

L’air, ce matin là, est encore frais, mais qu’importe, aujourd’hui est journée exceptionnelle, et  de toute façon le soleil pointera son nez en milieu de matinée.

L’année dernière, nous n’avions pas eu cette chance là, il nous avait fallu braver la colère du ciel, et le parcours nous avait semblé bien difficile.

Mais comme nous avions été heureux en arrivant au but.

Cette année, la route sera pratiquement la même, mais elle a été juste un peu revue.

Marchant d’un bond pas, mon esprit se met à vagabonder, à voguer au rythme des blés ondulants comme une mer d’or.

Il a été convenu de faire attention aux cultures et aux pâturages.

Mais quel plaisir de se promener le nez au vent, l’odorat parfois heurté par les relents des bêtes ayant hibernées.

Nous voyons filer quelques lapinous effrayés, regarder voler les papillons de ci de là, en nous disant que nous avions de la chance de vivre ces moments, l’avenir et autres insectes étant menacés…

Sentir à plein poumon, le doux parfum de la nature, entendre le doux carillon des clochettes du troupeau.

Ce que je vous raconte aujourd’hui est un rêve que je n’ai pas pu réaliser, accompagner un bout de chemin avec les bergers du Bas Ossau.

Cela se passe au début de l’été, et cette marche ancestrale existe depuis des siècles.

maxmatinarch0152501

Voilà ce que les mots :

ancestrale – dernière – difficile – frais – heureux – revue – but – soleil – route – avenir – braver – convenir – voguer – heurter et sentir

m’ont inspiré.

J’espère que ce texte de retour parmi vous vous plaira

9eb55c6b

Avec toute ma tendresse et mon amitié,

mouton_rubans_bisous2

Mandrine

Published in: on 10 septembre 2018 at 9 h 50 min  Comments (13)